SITEVI 2023

Pleins phares sur 5 dispositifs pour aider les vignerons dans leur transition agroécologique

Pour répondre aux attentes des consommateurs en matière de développement durable, la filière viticole se doit de développer des solutions innovantes pour intégrer dans les pratiques les principes de l’agroécologie, sans pour autant sacrifier la rentabilité et la qualité de leurs produits. Le projet France Relance comprend un volet important pour soutenir nos vignobles français. Sur le territoire, de nombreux dispositifs et groupes d’aide s’engagent dans une démarche collective pour aider le domaine de la viticulture à se transformer et à innover. L’IFV a présenté lors du salon SITEVI les acteurs principaux.

La transition agroécologique : c’est quoi ?

La transition agroécologique englobe toutes les solutions mises en œuvre pour adapter les modèles agricoles aux enjeux agroécologiques. Cela revient à repenser totalement la production agricole de façon à limiter son empreinte sur l’environnement, en tirant profit des écosystèmes. Ainsi, l’agroécologie s’appuie notamment sur la diversification des productions ou encore la diminution des intrants.

N°1 – Le projet TRAEVITI Coll

Lancé par l’IFV, le projet TRAEVITI Coll (Transfert des mesures Agroenvironnementales VITIcoles vers les COLLEctifs) a pour vocation d’accompagner la mise en place de mesures agroenvironnementales, à l’échelle collective et individuelle. Il s’appuie sur plusieurs collectifs de viticulteurs et sur différents outils :

·          Une présence sur les réseaux sociaux, avec la création d’une page Facebook dédiée à la transition agroécologique en viticulture. Elle permet de suivre toutes les actualités et les actions du projet.

·          Une carte sonore interactive qui valorise les différentes initiatives et les parcours de vignerons engagés dans une démarche de transition. Il est ainsi possible de découvrir leurs témoignages en vidéo.

Bon à savoir

L’IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin) propose sur son site un guide agroécologique à télécharger gratuitement. Il permet d’accompagner les vignerons soucieux de faire évoluer leurs pratiques, en leur donnant toutes les pistes nécessaires.

N°2 - Les groupes GIEE

Les GIEE (Groupement d’Intérêt Économique et Environnemental) sont des collectifs reconnus par l’État. Ils regroupent des agriculteurs qui s’engagent dans des projets agroécologiques, en vue de transformer leurs pratiques. Le fait d’être reconnu comme GIEE permet de mobiliser plus facilement des aides financières : financements européens, aides de l’État, aides des collectivités territoriales ou encore subventions des organismes publics.

Aujourd’hui, plus de 12 000 exploitations agricoles sur tout le territoire sont engagées dans des GIEE. 735 groupements ont été formés depuis 2015. En moyenne, chacun d’entre eux compte une vingtaine d’agriculteurs. Tous ensemble, ils peuvent échanger sur leurs méthodes et partager leurs expériences et leur savoir-faire.

Le saviez-vous ?

On parle aussi de groupe « émergent » GIEE ou 30 000. Il s’agit de collectifs en cours de constitution, qui peuvent obtenir des financements pendant un an pour les accompagner et les aider à être reconnus GIEE ou Écophyto 30 000.

N°3 – Le réseau GO PEI

SITEVI 2023
Reseau GO PEI

Les groupes opérationnels du PEI (GO PEI) rassemblent des partenaires qui souhaitent s’engager dans des projets d’innovation, qui concernent des thématiques variées : production végétale, contrôle des maladies ou encore bien-être animal. Il peut s’agir aussi bien de scientifiques que d’agriculteurs ou encore d’experts dans le domaine de l’agroalimentaire. Au 1er avril 2022, les régions avaient sélectionné 310 projets GO PEI. Ces derniers sont financés par la Politique européenne de développement rural.

N°4 – Les groupes Écophyto 30 000

Le groupe 30 000 est un collectif d’agriculteurs, réunis autour d’un même projet collectif : réduire l’utilisation des produits phytopharmaceutiques. Leur mission est de déployer ensemble des techniques économes et performantes, déjà éprouvées par le réseau DEPHY. Conformément au plan Écophyto II+, le programme vise à accompagner 30 000 exploitations dans leur démarche agroécologique.

Chaque groupe sera constitué de 10 à 20 agriculteurs. Ils pourront choisir la structure qui les soutiendra tout au long du projet. Ces agriculteurs doivent déjà faire partie d’un collectif (comme le GIEE, par exemple).

Découverte du plan Écophyto II+

Le plan Écophyto II+ est une réponse aux attentes des consommateurs en termes de santé et de biodiversité. Il vient renforcer le programme Écophyto II déjà mis en place. Aussi, il apporte de nouveaux moyens financiers pour soutenir la recherche et l’innovation, pour améliorer la prévention et pour accompagner les agriculteurs dans leur transition. L’objectif est de diminuer de 50 % les usages de produits phytopharmaceutiques d’ici 2025. 

N°5 – Le collectif Dephy

Dans le cadre du plan Écophyto, le réseau Dephy (Démonstration, Expérimentation et Production de références sur les systèmes économes en PHYTOsanitaires) se décline en deux dispositifs : DEPHY FERME et DEPHY EXPE.

Le réseau DEPHY FERME

Il s’agit d’un réseau de 3 000 fermes qui s’engagent à réduire l’utilisation des phytos dans leurs exploitations. 250 groupes de 12 sont répartis sur tout le territoire. Ils représentent toutes les grandes filières : viticulture, arboriculture, horticulture, cultures tropicales, grandes cultures, élevage et légumes.

Le dispositif DEPHY EXPE

Il s’agit de la partie expérimentale du réseau DEPHY. Elle permet de concevoir, de tester et d’évaluer des cultures avec des pesticides largement réduits. Deux grands appels à projets ont été lancés en 2017 et 2018 et 41 d’entre eux ont été sélectionnés. Ils sont en cours depuis 2018 et 2019 et se dérouleront sur une durée de 4 à 6 ans.

Les initiatives se multiplient sur le territoire pour venir en aide à tous ceux qui travaillent la vigne et pour les aider à innover et à se réinventer. L’objectif est d'assurer leur rentabilité et leur pérennité tout en préservant l’environnement.