Vignoble au pied d’une falaise dans le département du Vaucluse (84)

Les expérimentations menées sur le domaine de Piolenc

Découverte des différentes méthodes testées à Piolenc pour contrer l’impact du changements climatiques sur les cultures.

Zoom sur le domaine viticole expérimental de Piolenc

L’adaptation au changement climatique est un enjeu phare pour tous les viticulteurs. Pour s’emparer du sujet, la chambre d’agriculture du Vaucluse (84) teste sur le domaine expérimental de Piolenc plusieurs nouvelles techniques pour retarder la maturité des cultures et donc, la date de la récolte.

Présentation du domaine expérimental de Piolenc

Le domaine expérimental de Piolenc est né à l’initiative de la chambre d’agriculture du Vaucluse (84). Son objectif : apporter des réponses concrètes aux grands enjeux de l’agroécologie, à savoir la biodiversité, la résilience, la productivité et la préservation des sols.

Le site de Piolenc est un véritable terrain d’expérimentations, autour de l’adaptation aux changements climatiques et de la transition agroécologique. Canicule, grêle, gel, inondations : les aléas liés au climat ont des conséquences désastreuses sur les cultures. Grâce aux différents travaux agronomiques effectués sur le vignoble de Piolenc, la chambre d’agriculture souhaite trouver des solutions pérennes pour préserver la qualité et le rendement du raisin.

 

Le saviez-vous ?

Au fil des années, le changement climatique a un impact considérable sur la date de la récolte. Entre 1974 et 2019, elle a avancé de 18 jours en France.

 

Placer des panneaux photovoltaïques au-dessus des vignes

Installation d’un panneau photovoltaïque au-dessus d’un vignoble

 

 

 

 

 

 

 

 

En partenariat avec INRAe et l’IFV, dans le cadre du programme Sun’Agri 3, des panneaux photovoltaïques ont été placés au-dessus d’une vigne. L’agrivoltaïsme dynamique a pour but d’allier la production énergétique à celle du raisin. Les panneaux permettent d’alimenter des filets servant à maintenir les vignes à l’ombre, à des périodes spécifiques. Leur pilotage est donc l’aspect clé du projet.

Poser des filets d’ombrage pour retarder la maturité

Début 2019, un essai a été lancé pour une durée de 3 ans pour évaluer l’efficacité des filets d’ombrage, avec une fonction anti grêle. Ces filets ont été choisis pour créer un microclimat plus frais au niveau des grappes et pour repousser le plus possible la date de récolte. Dès la première année, après une forte canicule, l’objectif de retarder de plus de 10 jours la maturité a été atteint.

 

Brumiser les vignes pour contrer la chaleur

Toujours dans un contexte de canicule, la chambre d’agriculture a également testé la brumisation des vignes. Pour le moment, elle ne semble pas plus efficace qu’un apport d’eau d’un volume similaire, par goutte-à-goutte.

 

Tester la technique du forçage

Cette toute nouvelle technique est déjà en phase de test dans les pays chauds et permet de décaler la maturité des cultures jusqu’à deux mois. Il s’agit de forcer la repousse de la vigne, en coupant des rameaux en cours de croissance.

La vigne agroécologique sur le domaine de Piolenc

La chambre d’agriculture du Vaucluse participe depuis 2019 au projet DIVERVITI, qui propose la mise en place de cultures diversifiées, pour diminuer les intrants. Une vigne agroécologique a ainsi été conçue sur le site de Piolenc, avec une association vigne et thym sur une parcelle de 0,6 hectare.

Les deux grands principes de l’agroécologie ont été respectés : un système diversifié et une couverture de sol maximale. Le but sur cette parcelle est de diminuer l’utilisation des produits phytosanitaires :

 

  • Suppression des herbicides,
  • Réduction de l’IFT fongicide de l’ordre de 50 %,
  • Diminution des insecticides.

 

Différents leviers techniques sont ainsi activés pour atteindre les objectifs fixés : utiliser des variétés qui résistent aux maladies, favoriser les traitements à faible niveau d’intrants ou encore installer des nichoirs pour attirer des oiseaux et des chauves-souris comme auxiliaires de lutte contre les vers de la grappe.

 

Les effets du changement climatique forcent les viticulteurs à trouver de nouveaux leviers d’adaptation pour préserver leurs cultures, notamment pendant les épisodes de fortes chaleurs. En parallèle, réduire les produits phytosanitaires est également une priorité écologique. De nombreuses initiatives comme le site de Piolenc voient le jour partout sur le territoire, pour tester en direct des méthodes innovantes.