Luc Tabordet, vigneron au Domaine Tabordet, Cher - France

« Le choix de l’itinéraire prime avant les surcoûts d’investissement, le vin est plus sain.»

L'exploitation 

  • 5.5ha en AOC Reuilly sur 3 couleurs : Pinot noir, rosé Pinot gris, blanc Sauvignon
  • Installé depuis 2011 donc beaucoup de jeunes vignes, rendements très variables selon les années.
  • En agriculture biologique depuis 2017
  • 30% de la production aux particuliers, 60% en CHR France, 10% d’export.

Innovations 

  • Utilisation du Drone SCANOPY pour créer des zonages de vigueur et différencier les besoins dans une même parcelle : 2 survols par an pour comparer l’évolution de vigueur.
  • Acquisition d’équipements innovants :
    • enjambeur double rand (New Holland), équipé d’un GPS qui permet la régulation de vitesse en temps réel et la modulation intra parcellaire.
    • Epandeur AGROVIS (GRV) à engrais 3 rangs pouvant faire du rang par rang.
  • Appartenance à une CUMA viticole pour 2 sujets importants :
    • Lutte anti-gel : 60 tours anti-gel sur le secteur.
    • Apport des engrais verts : fabrication de semoir en CUMA.
  • Vinification : rouge récolté à la main et fermentation sans souffre, le 1er apport est fait après fermentation pour réduire les intrants.

Résultats observés

  • Apport d’engrais raisonné et adapté aux besoins des vignes grâce au drone.
  • Le drone n’a pas induit de baisse de consommation d’engrais, ce dernier étant réparti autrement.
  • L’application Scanopy permet de piloter l’enjambeur en temps réel et d’adapter la vitesse de passage selon la dose à apporter aux vignes.
  • Lutte anti-gel : une des CUMA les plus avancées sur ces équipements, 80% du vignoble protégé par les tours anti-gels. En 2016, la partie non protégée du vignoble a gelé à 90%. En 2017, après équipement, la récolte a été sauvée à 100%
  • Engrais verts : en cours d’expérimentation. La pratique est très difficile en année sèche. Les couverts ne lèvent pas quand il manque d’eau. 
  • Vinification : Réduction du S02 d’un tiers, la qualité du vin reste la même. Les essais ont apporté la preuve que le premier apport de SO2 n’était pas nécessaire. Nécessite une grosse puissance de réfrigération pour les débourbages (pour éviter que les jus ne partent en fermentation).

Pour aller plus loin : www.domaine-tabordet.fr

Ce portrait vous est proposé par AgrOnov, le pôle d’innovation en agroécologie